Croyez

Si la liberté n’est qu’une entrave à une plus grande liberté, ce n’est que l’apparition de la liberté. Si on leur refuse la liberté, on n’en attend aucune et, souvent, avec inventivité et courage, on trouve un moyen de voler cette liberté. Mais l’apparence de liberté ne doit-elle être qu’illusoire; s’il s’agit d’une liberté accordée, puis simultanément, trompeusement, annulée, refusée, invalidée par crainte du résultat de son exercice, alors ce n’est que de l’hypocrisie.

La démocratie n’est-elle pas une imposture quand certains votes comptent plus que d’autres; quand les votes peuvent être contraints par le pouvoir à favoriser le pouvoir; quand la persuasion de masse, l’hystérie de masse, l’illusion de masse s’entendent pour recueillir des votes? La majorité accorde l’autorité qui, en supposant le pouvoir, détermine, non pas juste, mais opportunité, en assurant la continuation du pouvoir.

Si votre perspective sur la vie est limitée par la cage qui vous retient en captivité, concentrez-vous d’abord sur la peur qui vous y maintient, entravée uniquement par l’illusion. La croyance seule détermine la réalité, et non la peur. Vous pourriez être brillant, mais vous êtes un lâche. Toute peur est une erreur. Toute peur est une illusion. Toute peur est fatale.

Les illusions réprimées, les illusions exposées. L’abomination de la peur. L’apothéosisation de la vérité.

Quand dans l’effroi, l’illusion, le doute, toute la sagesse sacrée de tous les âges ne fera que confondre. Une fois intrépide, réceptif, éclairé, un seul mot démêle tout – Croyez.

Je ne crois pas à ce que je vois. Je ne fais pas confiance à ce que j’entends. L’odorat, en particulier, et le goût, sont plus crédibles, mais je crois en ce que je ressens – pas du bout des doigts, nécessairement – avec mon cœur et mon âme. Tromperie, illusion, tout déforme ou altère la réalité. L’intuition est réelle. La vibration est réelle. L’énergie ne ment pas. Branchez-vous. Croyez.