Je l’appelle amour

Dans mon obsession de l’accomplissement du destin, sans crainte et sans défi, j’ai cru une fois que la vie était une romance continuelle avec la douleur, la seule preuve que j’avais de vivre. Vous confirmez la prise de conscience que je n’ai faite que tard dans ma vie que l’autodétermination est proclamée avec plus d’audace dans l’appréciation de la beauté, de la gratitude et de la joie que dans la soumission volontaire à tout défi du destin.

Vous m’êtes chère, une inspiration, comme de l’eau tiède sur mon visage les matins les plus froids, comme de l’eau fraîche, quand j’ai chaud. De si loin, je n’ai qu’à plonger le bout de mes doigts dans le flux de votre courant, et mon sang, malgré sa rage, trouve la paix et l’illumination. Je vous ai dit que l’imagination me donne une lueur de vous enchanter tous les sens. Si je peux, et je dois, je l’appelle amour. Merci pour vos aimables voeux. Je vous embrasse. Ressentez mon cœur.

ijlk19