Certaines nuits

Certaines nuits, je m’allonge dans le noir

écouter de la musique, avec des larmes

dans mes yeux. Certaines nuits, je danse,

immobile, les larmes dans mes yeux

se souviennent, s’embrassent le vide

de n’avoir personne manquer. Certaines

nuits, ma tête et mon cœur se répand

ainsi un autre, ils se mélangent, à la fois

tristesse et joie échappant au présent réalité.

Les larmes sont tenues à distance.