Le «vieux monde»

Le «vieux monde», en général, est agréable dans le plaisir et scrupuleux dans l’éloge. Le plaisir est un caprice du temps, car le temps est jeune; et la louange est une vantardise du temps, car le temps est vieux. Il y a des temps jeunes et vieux, et pas de temps jeune mais vieux aussi, et pas de temps vieux mais jeune aussi. Ceux qui se réjouissent sont les enfants d’eux-mêmes et ceux qui jugent sont les parents d’eux-mêmes. Le plaisir est un mal; l’éloge, une réprimande. Tous sont partagés entre la sauvagerie et la sagesse.

L’harmonie naît sur une base d’histoire et de tradition suffisamment solide pour soutenir cette fondation, une nouvelle vision, un courage renouvelé et une croissance innovante. Il est peu probable que n’importe quelle hauteur, n’importe quelle majesté, n’importe quelle noblesse, n’importe quelle sainteté, n’importe quelle solennité, n’importe quelle majesté, aurait une telle vanité fragile qu’elle soit de quelque manière offensée par ceux qui questionnent, par ceux qui ne croient pas, par ceux qui se rebellent.